Ecrit à l'occasion de l'installation "Alleluia" réalisée dans l'Eglise Bon Pasteur à Lyon

 

 

Voilà quelques semaines déjà écoulées depuis ma première rencontre, devrais-je dire confrontation ?, avec quelques unes des œuvres de Baptiste Debombourg. Première rencontre assez déconcertante, en raison à la fois des thèmes et des matériaux ou supports choisis.

 

Désirant pourtant ne pas en rester à cette première impression, j’ai en quelque sorte réouvert le livre et j’en suis heureux. En effet, si je n’ai pas su accueillir certaines œuvres, plusieurs d’entre elles ont produit sur moi un effet, et m’ont incité à essayer de comprendre la démarche de l’auteur. En raison peut-être de ma qualité de jésuite prêtre, je me suis posé plus longuement devant l’emballage de l’autel de l’église du Bon Pasteur et j’ai aimé cette œuvre assez rapidement ; j’y suis revenu, en me demandant pourquoi, et voici que peu à peu cette sculpture m’a fait découvrir : La rencontre de temps différents, d’époques différentes, marquée par l’ancienneté de l’édifice qui entoure l’œuvre ; marquée par l’opposition des matériaux, la pierre et le polystyrène, visibles, le ciment et la colle, invisibles ; marquée par la durée, la traversée des siècles et par l’éphémère. La rencontre aussi, au point que de loin on peut penser que l’un est l’autre et l’autre l’un, entre les sculptures blanches du chœur et les motifs purement issus des besoins de l’emballage du polystyrène. La continuité de la dimension autel avec ses significations chrétiennes gardée à travers le recouvrement tout-à-fait païen et commercial du polystyrène. Que dire sinon, que je vois là un des mystères de notre société du XXI ème siècle, et son besoin d’appuyer son utopie de pouvoir absolu sur la création (l’emballage ici) sur ce qui signifie le plus au monde le sens profond de la vie mais qui n’est atteignable qu’au prix du découvrement progressif de l’autel, la présence affirmée d’un Autre qui nous donne le monde pour que nous le fassions vivre avec lui.

 

 

Michel Roger

 

 

 

Michel Roger est Prêtre jésuite, et directeur du Centre Spirituel Ignatien "Le Châtelard" Route du Bruissin - 69340 Francheville