Tous mes projets sont liés d’une manière ou d’une autre à un aspect des relations humaines : nos erreurs, nos doutes, nos désirs, nos perceptions de certaines réalités. Mon travail explore la psychologie de notre rapport aux objets, il cherche à induire l’espace possible entre la réalité et l’idéal que l’on tente d’atteindre. Ainsi, j’analyse et j’interroge le sens de nos actes (construction et destruction). Je m’intéresse aux tentatives individuelles répétées qui se révèlent êtres parfois porteuses d’échec.

 

Mû par de bonnes intentions, utopiste ou aveuglé par son ego, l’individu se révèle. Le trait d’impuissance qui se détache alors des situations et des êtres mêmes laisse apparaître, en toute simplicité, ce qui fonde la nature fragile et attachante de l’Être.

 

 

Ma recherche se développe avec différents médiums, matériaux et supports comme le bois, le verre, les agrafes ou le dessin. Les sources d’inspiration proviennent du quotidien et plus précisément des objets qui le conditionnent. Ma réflexion s’étend à leur usage et aux comportements qu’ils induisent jusqu’à la relation affective que nous entretenons avec.

 

 

J’envisage ma pratique artistique comme un vecteur de rencontres, une possibilité de relier des domaines habituellement étrangers, des cultures dites «nobles» et d’autres «populaires» . C’est également, pour moi, une manière d’interroger la place et la fonction de l’art aujourd’hui.