Un événement organisé par Caroline Smulders pendant la semaine du dessin à Paris

 

Madeleine Berkhemer

Céline Cléron

Baptiste Debombourg

Marion Lachaise

Robert Longo

Filip Markiewicz

Emmanuel Régent

Lionel Sabatté

Skall

 

La quête de la dimension est au cœur du dessin  qu'est-ce que dessiner, si ce n'est passer d'un modèle en trois « D » à une représentation en deux « D »? Pour ce faire, les artistes, depuis des temps immémoriaux, ont appris à domestiquer la perspective, tout en ne négligeant pas les techniques qui permettent de représenter le 
volume, en particulier, le modelé de la lumière, l'inscription dans l'espace. Cette maîtrise ne remet pas pour autant en question 
l'absolue émancipation intrinsèque au dessin.

 



Dans l'exposition « 2D 3D », dix artistes venus d'Allemagne, du Luxembourg, de Hollande et de France exposent des œuvres en deux et trois dimensions. À leurs côtés, Robert Longo, emblématique pour ce projet, parvient à donner l'illusion de la troisième dimension dans ses dessins au fusain. « Le dessin reproduit le monde de sorte que l'homme puisse concrètement y marcher. » (Walter Benjamin)

 



Il s'agit autant de revenir aux sources du dessin - la mise à plat de la trois « D » - que d'en inverser la relation : comment l'artiste dessinateur peut être sculpteur ? En ce sens, l'on en renouerait avec l'étymologie même du mot dessin qui tire son origine de « dessein », confondant le geste de dessiner avec le projet, l'intention à l'origine 
de ce dessin. « Le dessin n'est pas la forme, aimait à répéter Edgar Degas, il est la manière de voir la forme ».

 

« L'âme raconte, en dessinant, ses secrets les plus intimes » (Goethe). À vous d'en juger.
 

Caoline Smulders

 

 

article dans parisart.com

 

 

http://www.ilovemyjob.eu

 

http://www.patriciadorfmann.com